LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES (ET AUX HOMMES) EST L’AFFAIRE DE TOUTES ET DE TOUS…

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui.
Ce n’était pas mon anniversaire ni un autre jour spécial.
Nous avons eu notre première dispute hier dans la nuit
Et il m’a dit beaucoup de choses cruelles qui m’ont vraiment blessée.
Je sais qu’il est désolé
Et qu’il n’a pas voulu dire les choses qu’il a dites
Parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui.
Ce n’était pas notre anniversaire ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit, il m’a poussée contre un mur et a commencé à m’étrangler.
Ça ressemblait à un cauchemar, je ne pouvais croire que c’était réel.
Je me suis réveillée ce matin le corps douloureux et meurtri.
Je sais qu’il doit être désolé
Parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui
Et ce n’était pas la fête des mères ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit, il m’a de nouveau battue,
C’était beaucoup plus violent que les autres fois.
Si je le quitte, que deviendrais-je?
Comment prendre soin de mes enfants? Et les problèmes financiers?
J’ai peur de lui mais je suis effrayée de partir.
Mais je sais qu’il doit être désolé
Parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui.
Aujourd’hui c’était un jour très spécial,
C’était le jour de mes funérailles.
Hier dans la nuit, il m’a finalement tuée. Il m’a battue à mort.
Si seulement j’avais trouvé assez de courage pour le quitter,
Je n’aurais pas reçu de fleurs aujourd’hui………..

Texte publié pour dénoncer la violence faite aux femmes
(Auteur : Maria Stella Baldachino).

La violence a toujours existé. De nos jours, elle est activement dénoncée dans les médias. Mais ces derniers ne rapportent que la violence des hommes envers les autres hommes ou femmes et, très sporadiquement, celle commise par les femmes.

Au Sénégal, plusieurs organisations féminines prennent en charge dans leurs actions, la lutte contre les violences faites aux (filles et) femmes :

Cet intérêt est lié à la recrudescence des violences dont les femmes et les filles font l’objet. La fréquence des cas de filles/femmes violées et sauvagement tuées, des cas de viols collectifs a poussé les associations féminines à se mobiliser et à dire NON aux violences que les femmes subissent au quotidien. Les violences basées sur le genre, relatés quotidiennement dans les faits divers des journaux, montrent la banalisation de ces actes.

LAN NGA SOLOON ?

WHAT WERE YOU WEARING ?

T’ETAIS HABILLEE COMMENT ?

C’est la question à laquelle répondent les courts textes qui ont été consacrés à l’exposition du Musée de la femme Henriette Bathily, basés sur les témoignages et histoires de personnes victimes de viol au Sénégal et dans d’autres pays. Selon FATOU KINE DIOP,  » A l’origine de cette démarche, un constat indéniable : les victimes sont trop renvoyées à leur habillement, comme moyen pour les culpabiliser, pour leur faire porter la charge de la violence qu’elles ont subie ».

« Oui mais, t’étais habillée comment ? »

De plus, il y a un manque criard de statistiques fiables sur la prévalence des actes de violence basés sur le genre et sur les facteurs qui leur sont associés, de sorte qu’il est difficile de construire, de mettre en œuvre et d’évaluer des réponses alors que la lutte contre les violences basées sur le genre fait l’objet de dispositions internationales prises par les Nations-Unies et les organismes interafricains, « Convention et le Protocole Additionnel sur l’Elimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, Déclaration des Nations-Unies sur l’Elimination de la violence contre les femmes, Dispositions de la Plate-forme de la Conférence de Beijing de 1995 sur les violences et sur la protection des femmes, Dispositions de la Déclaration du Millénaire sur les formes de violences à l’encontre des femmes, Résolution des Nations-Unies sur l’Intensification des Efforts pour Eliminer toutes les Formes de violences à l’Egard des Femmes, Campagne visant à l’éradication de la violence faites aux femmes etc. ».

Bien que le Sénégal ait ratifié la plupart des conventions internationales concernant la protection contre les violences basées sur le genre et adapté sa législation nationale à ce propos, les femmes continuent de subir des violences. Le droit coutumier et les pratiques traditionnelles, surtout dans les régions rurales prévalent sur le droit national pour régler des questions telles que l’âge du mariage, la violence domestique, les MGF (Mutilations Génitales Féminines) et l’héritage des biens fonciers [inégalités de genre en matière de droits et de justice].

Cette contribution a pour ambition – dans un premier temps –  de soulever la violence cachée dans la vie maritale au nom du mũn sénégalais, sorte de fourre-tout (comportement, attitude, travail de care dans l’espace privé), qui conditionne les femmes à de nombreuses restrictions, entrave leur épanouissement, leur dignité… Le mũn est un mot wolof, qui signifie endurer, patienter, supporter. Et dans le cadre du mariage, il est attendu que les femmes mũn quatre fois plus que les hommes.

Ce mũn exigé des femmes inhibe toute contestation possible dans la vie de couple et légitime l’autorité de l’époux sur son épouse qui doit se soumettre et qui doit taire ce qu’elle vit dans son ménage. Un des exemples très médiatisé de mũn est celui de FATOU DIENG de DIOURBEL qui pendant vingt ans a été violentée par son mari. Cette histoire a permis à d’autres victimes de lever les tabous sur les violences conjugales : insultes, paroles de dénigrement explicites, une élévation de ton à des fins d’intimidation, des paroles de dénigrement implicite mais aussi des actes de violences de genre [violence homme-femme mais aussi femme-femme en cas de polygamie] : gifles, coups de poings, de pieds, de tête, morsures, coups avec une ceinture, une chaine, un fouet, un bâton, une canne, coups avec un pilon, louche ou tout autre ustensile de cuisine, brulures avec cigarette ou braise, ligoté ou enchainé pour être battu… Etc.

Quand elles acceptent de témoigner, nombreuses sont les femmes qui affirment que leurs enfants ont été insultés ou brutalisés dans le but de les atteindre. Face à toutes ces formes de violences, recensées en majeure partie dans les villes de Kolda et Ziguinchor, porter plainte est problématique pour les victimes… Car c’est aggraver la situation, c’est accuser le mari [son aînée social, protecteur, tuteur social], c’est renoncer à son mariage, c’est se mettre à dos sa belle-famille et c’est exhiber sa vie maritale alors que les us et coutumes recommandent de taire tout ce qui est de l’ordre du privé.

Dès lors quel regard peut-on porter sur le mũn qui est pourtant considéré comme une vertu féminine ? Dans le discours normatif dominant, les femmes exemplaires sont celles qui mũn et qui font le bonheur de leur époux [sans jamais oser dire les choses telles qu’elles sont].

Ainsi, une femme se doit d’être douce en toutes circonstances. Elle ne doit pas répondre, contredire, contrarier. Le monde de la franchise est le monde de l’homme. Son monde à elle est celui des sous-entendus, des signes (des paillettes et du rose pastel). Elle doit rester à sa place.

Étant consciente que les femmes ne constituent pas une catégorie homogène, ce sont les femmes qui n’ont pas le pouvoir économique qui sont le plus conditionnées par le mũn. Ces dernières sont hélas, majoritaires et cachent une souffrance résultant quelques fois de violences physiques ou mentales…

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les hommes aussi mũn. Ils peuvent vivre de violences au sein du couple :

« Si le féminisme nous a ouvert les yeux sur la violence conjugale. Il a contribué et continue de contribuer à l’évolution positive de notre société. Certaines féministes, par contre, n’ont ouvert qu’un seul œil sur cette violence : celle faite aux femmes. Elles ont délibérément fermé l’autre œil, celui qui devrait être ouvert sur la violence faite aux hommes. La raison en est très simple : elles ont fait de la violence conjugale un débat politique, où l’homme est perçu comme l’abuseur et la femme la victime, plutôt que de présenter la violence dans son intégralité. Or, c’est un réel phénomène social dont les causes et les solutions ne sont pas d’ordre politique ou sexuel, mais plutôt socio-économique » (Yvon Dallaire).

 

 

 

 

Halima

8 réponses sur “LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES (ET AUX HOMMES) EST L’AFFAIRE DE TOUTES ET DE TOUS…”

  1. Tree belle plume Halima, toujours un grand plaisir de te lire, nous menerons le combat jusqu, au bout. We need to keep supporting all those women to be open and speak up1🤝🏽💪🏽

  2. Merci Dr pour l’excellent travail d’eveil des consciences! Ce travail est celui des hommes d’abord pour un monde meilleur où nos filles, mamans, et soeurs s’accompliront davantage. Tu as mon soutien.

  3. Très belle réflexion Halima, combattre la violence ne doit pas être une affaire de femmes mais doit concerner tout le monde car celle qui est victime pourrait être une personne qui nous est très chère…
    Cet aspect doit être intégré dès le bas âge dans l’éducation de nos enfants car chaque individu est unique comme l’est son ADN, l’évolution de la personne depuis son enfance, l’environnement où il a grandi , l’influence de ses parents l’interaction avec la société avec toutes ses mutations tout cela va impacter d’une manière ou d’une autre le sur comportement de la personne.
    Dès lors il faut un bon référentiel et beaucoup travailler sur les causes de cette violence afin d’en apporter des solutions pérennes

Répondre à Daado Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *