Au travail, les femmes l’ont toujours été ; mais elles l’étaient gratuitement, dans l’enceinte gardée de la maison et de la famille.

Foto

  • Aujourd’hui, leur champ d’action s’est ouvert ; leurs responsabilités se sont accrues ; leur travail est devenu l’objet d’un salaire, directement fonction de leur peine ou de leur compétence. Et c’est dans le sens restrictif d’une activité exercée hors de la maison et rémunérée qu’il faut entendre les mots « de femmes au travail ».

©TravelMeHappy

  • Désormais, travailler ne relève plus du masculin. Il s’agit, pour les femmes d’un instrument de valorisation de soi et comme la clé d’or qui ouvre toutes les portes. De plus, le travail constitue un véritable outil d’insertion et de lutte contre la pauvreté.
  • En Afrique et notamment au Sénégal, les femmes demeurent cantonnées aux activités informelles et peu rentables. Cette représentation des femmes dans l’économie informelle ne pose pas de questions car elle est vue comme l’expression normale des différences entre les sexes.
  • En sciences sociales, les recherches montrent que de tout temps, les filles et garçons ne suivent pas les mêmes filières scolaires, n’accèdent pas aux mêmes savoirs, n’exercent pas les mêmes métiers et ne valorisent pas leur diplôme de la même façon.
  • De plus, les femmes ont des carrières moins rapides et « moins abouties » que les hommes, qu’elles aient ou non des enfants.
  • Partout, on constate que les femmes (dans l’emploi formel) sont de plus en plus rares au fur et à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie et qu’elles demeurent minoritaires dans les postes de décisions et de responsabilités de haut niveau.
  • Les femmes disposant d’une fiche de paie sont visibles dans le secteur formel mais elles sont surreprésentées au secrétariat, dans les domaines du care, du social, des services à la personne (infirmière, aide-soignante) ou encore dans l’éducation. Tout ce qui a attrait aux professions incarnant les vertus dites féminines. Les femmes sont alors naturellement écartées de tout pouvoir de décision.

Résultat de recherche d'images pour "les filles et les garçons ne font pas les memes études tableau"

Les représentations des métiers par les jeunes : entre résistances et avancées

  • Les métiers de femmes sont, par définition, conformes à l’idée que l’on se fait de la femme, ce sont les moins métiers des métiers… parce que les vrais métiers dont des métiers d’hommes. Un métier de femme c’est un métier féminin donc subordonné, souvent mal payé, enfin, c’est une activité où la femme est censée exprimer ses dispositions naturelles ou considérées comme telles…

Il manquera toujours la moustache. Pierre Bourdieu

(Comme Seynabou, des femmes d’exceptions exercent des travaux d’hommes – dans le secteur informel)…

Ce sont alors des milliers de petits détails, tous fondés sur le postulat qu’une femme au pouvoir, une femme qui commande, cela ne va pas de soi, ce n’est pas « naturel ». Dans la définition d’une profession, il y a aussi tout ce qui lui est conféré par la personne qui l’exerce. Si c’est fait pour un homme (à moustache) et que l’on voit arriver une petite minette en minijupe, ça ne va pas ! Il lui manquera toujours la moustache, la voix grave et forte qui convient à une personne d’autorité : « Parlez plus fort, on ne vous entend pas ! », quelle femme n’a pas essuyé cette réflexion dans les réunions de travail ? La définition tacite de la plupart des positions de direction implique un port de tête, une manière de poser la voix, l’assurance, l’aisance, le « parler pour ne rien dire », et si on arrive avec un peu trop d’intensité, de sérieux, d’anxiété, c’est inquiétant. Les femmes, sans toujours l’analyser, le ressentent, et souvent dans leur corps, sous forme de stress, de tension, de souffrance, de dépression…

  • Le vrai diplôme pour les femmes serait le mariage. Demeure toujours la crainte de voir l’instruction des femmes bousculer l’ordre familial. L’accession des femmes au savoir est présentée comme un danger. Trop de sciences leur feraient oublier leurs plus élémentaires devoirs.
  • La position défavorable des femmes sur le marché du travail peut s’expliquer par un conflit de rôles entre l’exercice d’une activité économique et les activités familiales qui leur incombent.

Le travail du genre

  • Or, seules les femmes sont questionnées sur l’articulation entre leur vie privée et leur travail. Leur ambition est rapidement stigmatisée et la disponibilité pour l’institution se retourne contre les mères dont on attend majoritairement le soin aux enfants. L’étalon de la réussite est donc fortement « sexué ».

 

 

« C’est comme si la femme n’avait qu’une seule mission sur terre : Naître, grandir, rejoindre le domicile conjugal » : Fatou Binetou Dial, sociologue.

« Oh si tu avais le mari, ce serait tellement bien, ce serait tellement mieux… ». On te le dit tellement que tu finis, dans ta tête, à te dire, c’est vrai qu’il me manque quelque chose » : Marie Thérèse Diedhiou.

« Tu es en face d’une de tes cousines. Même le mariage le plus raté soit-il, on te fera savoir que celle-là, elle est mariée. Comme si le mariage était, je ne sais pas moi… c’était un sacre ! » Fatou Fall.

Persuadée que les femmes ont le goût du pouvoir et veulent aller à la conquête du pouvoir,

Image associée

j’ai donc souhaité continuer à y croire et à vouloir rassembler des femmes qui ne souhaitent pas travailler dans les métiers d’exécutions, métiers de care, métiers féminins, travaux dévalorisants, mal payés pour ne pas dire bas de gamme mais qui veulent conquérir les positions prestigieuses.

 

Résultat de recherche d'images pour "escarpins rouge"

 

Des femmes dans un métier d’hommes

La trajectoire sociale, professionnelle de ces femmes a été prise en compte, le récit familial… Avec mon groupe de recherche, à Paris, nous avons alors pensé que ces femmes dirigeantes devaient être exceptionnelles, elles devaient être différentes des autres sénégalaises.

Chaque rencontre, échange a été inspirant et m’a redonné confiance en l’avenir des femmes sénégalaises…

 

 

 

Voir plus loin avec Daado Baro, Portraits de femmes ingénieures

Certains préjugés institutionnels et comportementaux continuent d’entraver la progression des femmes dans les emplois « intellectuels » (nécessitant un diplôme de niveau supérieur) et d’encadrement et attire l’attention sur certains dispositifs mis en place pour soutenir les femmes cadres. Les attitudes culturelles et sociales vis-à-vis de ce qui constitue les emplois « masculins » ou « féminins » entrainant une ségrégation professionnelle, bien que la mesure du problème varie d’un pays à l’autre et d’un emploi à l’autre. Les femmes sont surtout concentrées dans les professions « féminisées » comme les soins infirmiers et l’enseignement (ségrégation professionnelle horizontale), ou parallèlement elles restent dans des catégories d’emplois moins élevées que les hommes (ségrégation professionnelle verticale. Toutefois les femmes continuent à faire de petites incursions dans les domaines non traditionnels comme le droit, les technologies de l’information et des communications (TIC) et l’informatique, et l’ingénierie et on constate que les employeurs commencent à promouvoir les femmes plus systémiquement et à instaurer des politiques favorables à la famille afin de les conserver. Cependant les femmes qui choisissent des emplois non traditionnels peuvent être confrontées à des contraintes spéciales sur le lieu de travail, dont notamment l’isolement, l’accès limité au tutorat.

Halima